Premier vrai objectif de la saison, l'ouverture du championnat de duathlon, en D2 cette fois suite à la descente, pas pour autant que le niveau est faible, loin s'en faut.

La prépa hivernale ne s'est pour une fois pas trop mal passée, jai été relativement épargné par les blessures et donc jai presque l'impression d'être dans le timing pour cette première échéance.

Deux semaines avant la course je participe à une course en Afrique, y etant pour le boulot, un petit footing le soir au stade me permet de repérer des flechages suspect sur la route. Je me renseigne aupès des gens autour et j'apprend qu'il y a des course d'organisée le lendemain. Ni une ni deux je m'inscrit au dix bornes, rendez vous le lendemain matin a 6h, vu la liste de 4-5 noms inscrits au stylo bille sur un vieux cahier et a la vue du dossard dont le numéro est peint a la main, je ne m'attend pas à beaucoup de concurents. Inscription gratuite, Ca change des organisations francaises hors de prix.

Finalement le lendemain matin, à 6 du mat' dans la nuit encore fraiche il y a plein de coureurs, essentiellement des militaires, la police, la garde nationale etc venus en car.

Avant le départ ca me semble bien folklorique, la plupart sont en jogging manches et jambes longues, quelques uns sont en tongues. Je repere deux gars qui ont m"ont l'air plus affutés et équipés, peut-etre des concurents. Il y a 4 courses, marathon, semi, 10 kil et 5 km, départ donné dans cet ordre dans un joyeux bordel. Je suis dubitatif en voyant les futurs marathoniens partir en jogging ^^.C'est enfin notre tour, on se place sous l'arche de départ, puis ca avance de mètres en mètres au dela de la ligne, on croirait un départ de tri et bim c'est parti. Jamais vu un départ comme ca, tout le monde part au sprint, je suis dans les derniers au bout de 100m, je ne peux m'empecher de sourire, voila une course qui s'annonce fun.

Je pars assez tranquille, je n'avais pas prévu psychologiquement de me faire mal et avec tous ces gars devant ca ne pousse pas à accélérer.

Je remonte quand même progressivement, toute la course est sur bitume, quasi plat, si ce n'était en Afrique ca serait un parcours a perf. Quand je les double, beaucoup ont une réaction de surprise, il est vrai que je suis le seul blanc sur la course, du coup par réflexe ils accélèrent pour se mettre a ma hauteur mais ca ne dure pas bien longtemps. Je double un des gars qui m'avait semblé bon a l'echauffement (il finira 3ième jai l'oeil), puis encore un autre vers la mi course.

Ensuite c'est le désert japercois le premier au loin vu que c'est des grandes lignes droites mais l'écart est vraiment important (c'est lui le 2ieme que j'avais repéré a l'échauffement!). Toujours assez facile, pas envie non plus de me mettre dans le rouge. Vers le 9ieme kilo je vois d'un coup deux gars sortir de nulle part, dont un chaussé de patogas et sans la moindre trace d'effort, louche, du coup j'accélère pour les doubler avant d'entrer dans le stade et passe la ligne en 34'54 (!) en 2ième position. Les deux gars qui suivent ne sont pas classés dans la course, peut-etre des coureurs du 5km. J'essaye de me renseigner sur un eventuel podium etc on me dit d'aller a la maison de quartier je ne sais ou à je ne sais quelle heure, pas sur d'y aller. Finalement jirai, et bien m'en a pris vu que je recois l'équivalent le 350 euros en cash des mains d'une ministre, le tout sous les caméras de la télévision locale!

Deux semaines plus tard la pression est bien plus présente pour le grand prix de duathlon.

Pas beaucoup de vélo la semaine d'avant vu que j'étais en déplacement pour le boulot à rennes. Une séance de piste a J-5 qui m'inquiète, prévu 4x500/2000/4x500 je ne ferai que 3x500/1500/3X500, je me sens cuit, même si les temps au 500 sont honnetes. 1'30, le 1500 est carrémént dur, en 4'54.

La veille de la course j'ai mal aux mollets, bizarre vu que je n'ai pas fais grand chose les jours avant.

Dimanche 12h, appel des équipes une par une, en deuxième vu que l'on descend de D1, la pression monte!

Go, je pars tranquille, du coup je me fais doubler par le gros du peloton, il y a 5 km, c'est long me dis-je.

Sauf que c'est un grand prix de duathlon et la règle c'est court plus vite que tu ne peux courir en vrai! J'essaye de remonter un peu mais sans grand succès, surtout il y a une longue cote a la moitié du parcours, a faire deux fois sur les deux boucles donc, et ca n'est pas nouveau les cotes je n'aime pas.

Deuxième tour les sensations ne sont pas bonnes, je n'ai même pas envie de me faire mal, tous les coéquipiers sont devant... Je reviens sur Hugo quand même a la fin, mais ma transition est catastrophique. Mon casque qui était sur mon cintre est tombé, la sangle est enmelé et dans le stresse je passe de longues secondes a parvenir a boucler la sangle. Le bon pack est parti, la messe est dite, la course est quasi finie. Dommage le parcours à vélo me convient parfaitement avec une belle bosse à monter 5 fois, des bonnes jambes. Je pose le vélo en sachant que je ne classerai pas l'équipe, je fais donc une deuxième course a pied correcte sans plus et franchit la ligne en 39ième position :(

http://f2.quomodo.com/B150CE1A/uploads/1974/D2%20hommes.pdf

Duathlon parthenay GP D2 2016 #1
Duathlon parthenay GP D2 2016 #1
Duathlon parthenay GP D2 2016 #1
Duathlon parthenay GP D2 2016 #1
Retour à l'accueil