Premier triathlon de l'année, prévue (comme souvent) a la derniere minute!

Cepoy, 100 bornes de paris, pour le lieu, pour les conditions c'est eau a 13 ° et rafales de vent a 80km/h. Format CD soit 1500 m de nage, 40 km vélo et 10 a pied. Le vent ne m'inquiete pas plus que ca, par contre la temperature de l'eau oui, pas envie de faire une allergie!

Aucune ambition de performance, 1 parce que je nage comme un fer a repasser, 2 j'ai du arreter de m'entrainer en course a pied a cause d'une douleur sur la voute plantaire du pied gauche, d'apres internet ca ressemblerait a une aponevrose. Je ne fais qu'enchainer les blessures, je crois que j'aurais tout eu sur ce debut d'année, pas moyen de s'entrainer comme il faut, ca en devient desesperant. Au passage ma contracture a la cuisse est toujours bien la. Niveau natation, comme d'habitude un peu irrégulier, j'ai rien fais pendant une semaine, mais j'ai nagé les trois jours precedent la course :)

Arrivée vers midi sur place pour depart a 14h, impec, au reveil je me suis fais un petit plat de pates, ca devrait suffire en carburant pour la course.

J'inaugure pour l'occasion mes nouvelles roues à boyaux, vu le vent j'ai un peu d'inquietude, mais au moins la route est seche et c'est ca qui m'inquietait le plus. Pleins de triathletes isséens, plus de 60 sur les 500 concurents, c'est quasi course club!

A mesure que l'heure du depart approche, il faut trouver un peu de montivation a se mettre dans la course, l'eau galciale n'y aide pas.

Une fois dedans, ben effectivement c'est froid, mais avec deux bonnets, au moins au niveau de la tete c'est bien supportable. Les pieds et les mains par contre, completement glacés. Depart enfin donné, je suis sur la premiere ligne, bien, un peu sur la gauche par rapport a la bouée a virer, j'espere pouvoir eviter un peu la baston. Finalement, il n'y en a pas tant que ca, sur les 2-300 premiers metres ca frotte quand meme, je me fais nager dessus 3-4 fois, et vu que je n'ai jamais un esprit guerrier en nat, je releve la tete pour voir ou il n'y a pas de concurent et me décale. Ca n'est pas en faveur de l'efficacité cette tactique mais je ne support vraiment pas les coups de coude et de pieds, dommage. Le premier demi tour a la boué est un peu sport, ca se concentre forcement, et apres celui ci on prend le vent de face et avec lui un bon clapot qui me fera prendre une ou deux tasse, vu la temperature de l'eau j'ai l'impression de boire de l'eau de montagne, pas sur qu'elle soit tres pure malgré tout :) Virage autour d'une petite ile ou je prend l'interieur au point de me retrouver sur des haut fonds, puis petite sortie a l'australienne avant de plonger pour le deuxieme tour. Ca fait du bien de voir un peu autour de soi, meme quelques secondes. Et c'est reparti, c'est long d'ailleurs, mais ca c'est étalé du coup j'essaye d'enfin poser ma nage en trois temps. Jusqu'a la bouée en tous cas, apres re-deux temps. Dommage de s'entrainer tout le temps en trois temps pour nager en deux en compet! Sensation bizarre, j'ai un des doigts de la main désensiblisé par le froid, du coup je n'arrive pas a le garder rigide pour pousser l'eau... Enfin la sortie de l'eau, et la mauvais surprise, impossible de descendre la fermeture de ma combi, je demande a un coequipier d'issy de m'aider sur le chemin qui mene au parc a velo, peine perdue c'est bloqué. Bon, c'est quelqu'un qui me l'avait fermé avant le depart, visiblement dans ma trifonction. Dernier recours, je demande a une fille de la protection civile (un hasard!), et elle y parvient au bout de 30 secondes! Transition catastrophique of course, en plus je me suis mis en tete de mettre un maillot vélo pour une raison que je cherche encore, ah si je voulais prendre de quoi reparer si je creve. Bilan , je met diffcilement le maillot et j'oublie le kit de répa, bingo. Bon c'est pas tout ça on va peut-etre y aller, y a 40 bornes de vélo dans le vent au menu.

Forcement un peu énervé par ma transition, j'essaye de partir assez vite, ardeurs calmées au bout de 500 m par une bonne bosse, puis demi tour et au bout de 2 km, vent dans le dos plat voire descente, tout a droite et a fond, je double plein de gars, je sais pas si c'est mes roues, mais j'ai l'impression de bien avancer! Apres, le retour est moins fun, vent de face, un peu scotché, mais je continue a doubler.

 

DSC_0087.JPG

 

Premier tour effectué, la deuxieme boucle sera dans le meme tempo, je continue a doubler regulierement, meme si dans la partie vent de face je commence a fatiguer. Une petite frayeur sur une partie de la route ouverte au vent, les mains sur le prolongateur ma roue avant est littéralement soulevée, je ne tombe pas mais remet mes mains en bas du guidon, petite montée d'adrénaline... Je me ferais doubler 3-4 fois, uniquement par des vélos de chrono, ca marche bien quand meme sans draft les CLM! Je suis quand meme étonné de m'en sortir aussi bien a vélo, mes entrainements se resument a 10 minutes de velib quotidien, quelques aller retour a la piscine et une sortie de 30 km a longchamps par semaine... Retour au parc, descente du vélo et la grosse surprise, je n'ai plus de sensations a l'avant et meme a l'arriere des pieds! j'ai vraiment la sensation de courir sur des moignons! Je sens des le debut que ca ne va pas etre une partie de plaisir cette course a pied, je n'arrive a pas accelerer, je suis a allure footing.  Au bout de 2-3 km, on se retrouve vent de face et la ca commence a ne plus aller du tout, ma vitesse tombe encore. Au bout de cette ligne droite interminable, je me resoud a marcher, j'ai les jambes en cotton, la tete qui tourne, je ne vois meme plus clair. Je pense a une chose, c'est au ravito du 5ieme kilo, j'attend de pouvoir manger quelque chose, et meme pouvoir m'assoir. En effet je vais passer sous la tente 5 minutes a manger tout ce qui me tombe sous la main, gateaux, chocolat, jus d'orange, coca, tout y passe, moi qui n'ai jamais pris un vrai ravito sur une course je me rattrape! Surement une severe hypoglycemie, je n'ai pas envie de repartir, je me sens un peu mieux mais je n'ai toujours pas assez d'energie pour courir, en plus avec tout ce que j'ai mangé j'ai un mal de bide et un point de coté. Je repars sans conviction en marchant jusqu'au 6 ieme kilo. La je me dis que ca me prendra trop de temps de marcher encore 4km, donc je me reforce a trottiner. Ravito a nouveau, coca, jus d'orange, je repars encore plus lourd, j'ai un bon point de coté dans la descente qui suis, mais je vais aller au bout, je ne sais pas si ca a un interet mais je vais finir.

 

IMG_4482.JPG

 

Fin de la course (2h31, nouveau record de lenteur sur CD et un joli 52 minutes au 10 bornes, record également!) et ravito a nouveau, je n'aurais jamais mangé autant sur un tri, j'ai du prendre 5 kilos!

Avec le recul, je ne m'explique toujours pas ce qui c'est passé, c'est la premiere (et la derniere j'espere!) que je connais ca, j'ai pourtant bu un bidon entier de boisson iso, ce que je n'avais jamais fais, plus les pates le matin ca aurait du suffire. Manque de sommeil aussi ces derniers temps peut-etre. Point positif, la partie vélo.

 

102ieme/387 partants:

 

http://issytriathlon.com/competitions/resultats/adultes/tri/cepoy12.xls?PHPSESSID=le9q94gmlhhdho326d0i27n5b1

Retour à l'accueil