Difficile pour moi de ne pas m'inscrire a ce triathlon de paris qui est pour ainsi dire au pied de ma porte.

Il revient en plus cette année au pied de la tour eiffel, pour etre classe c'est classe. J'ai bien un regard de travers lorsque je passe au dessus de la seine et que je me dis que je vais devoir plonger dans cette eau opaque mais il ne faut pas s'arreter a si peu.

Jour J, 3 jours apres un 15 km et 7 apres un trail, je ne suis pas le plus frais du monde, mais en meme temps je le suis tres rarement et ca ne me reussit pas si mal :).

Petit coup de demotivation la veille et le matin de la course, se lever avant 6h un dimanche, surtout que j'ai appris que finalement il n'y aura qu'une seule vague de depart et que deja à 500 triathletes a pont audemer j'avais cru finir en sharpie...

Le temps est parfait, pas trop chaud, grand soleil, mon velo deposé la veille en face de la tour eiffel est toujours la. Je croise qques coequippier d'issy tri, ca fait toujours plaisir.

Je me met a l'eau des que possible, mon but est de me positionner le plus a droite de la seine (donc distance la plus longue) pour eviter la baston. Du coup pas mal d'attente dans l'eau, elle est bonne (la temperature parce que niveau compo la fiche d'analyse fourni par l'orga fais peur avec des taux 10 fois superieur au max). Depart donné, je suis en effet bien tranquille pour nager, je "croise" encore moins de monde qu'a guerledan ou on etait 100! Niveau sensation je ne me fais pas beaucoup mal par rapport a mes deux precedents tri, et en effet je sors de l'eau dans les 300 en 25', vraiment pas terrible. 

triathlon-0013.jpg

La transition est tres moyenne, encore une fois dure d'enlever cette combi, j'ai fais le choix de courir sans chaussettes, esperons que ca passe en cap. Je pars d'emblée vite en velo, j'ai des bonnes jambes, je suis étonné par l'allure hyper penard de beaucoup. Drafting oblige, les pelotons sont importants, j'essaye de m'en defaire au max lors des relances apres les virages a 180°, pas facile mais je trouve un autre gars qui est motivé a rouler et on va se relayer ainsi jusqu'a la sortie de boulogne. Ca m'a permit de revenir sur un gros peloton avant de retrouver les quais de seine. La transition vers la course a pied est bonne pour une fois, je laisse mes shoes sur les cale pied, c'est pas bien compliqué en fait et je pars assez vite. Je suis pas mal, le velo ne m'a pas trop entamé. Malheureusement au bout de 2 kilos env et sans pourtant que j'ai forcé sur les ravitos un point de coté s'insinue et ne me quitera plus. j'ai beau expirer profondement, masser, rien n'y fait et ca empire meme. Avant la fin du 1er tour (il y en a 2), je suis meme obligé de m'arreter, la douleur est vraiment insuportable. Tres dur de vivre ca, je ne peux pas acceler, je suis donc a une allure footing. Je m'arreterais encore une fois 500 m avant l'arrivée en esperant faire diminuer la douleur et au moins finir a une allure correcte, mais peine perdu.

 

triathlon-0382.jpg

La ligne franchie, ca fait bizarre, je n'ai evidemment pas forcé, le ravito (royal avec meme du chocolat :)) est le bienvenu quand meme, il fait toujours aussi beau et je suis quand meme content de ma course!

Pour la prochaine fois je vais penser a ne pas m'hydraté du tout sur le velo, ou que de l'eau peut-etre que la boisson energetique ne me reussit pas...

http://www.triathlondeparis.fr/images/20ansdetriathlon/pdf/CD.pdf

Retour à l'accueil