Direction la Bretagne pour le 3ieme marathon de ma petite carrière de coureur, retour aux sources donc, même si je ne me souviens pas avoir déjà mis un pied a Vannes!

La météo s'annonce difficile, pluie et surtout vent au programme, en bord de mer ca promet des lignes droites bien longues.

La préparation marathon etait partie sur des bonnes bases, quelques sorties progressivement rallongées, 2 fois 1h30 puis 1h50 et 2h10, le tout mixé avec quelques seances de vma sur piste histoire de ne pas complètement se "diéséliser", c'est un mois avant la course que ca a commencé a s'effilocher tranquilement. La cause, 3 comptétitions, le triathlon de la baule, le duathlon de bondoufle et la coupe de france de duathlon, le tout supprimant autant de sorties longues chaque weekend. Ajouté a cela des conditions d'entraînement vraiment difficiles, les obligations professionnelles me faisant partir en Afrique de l'ouest (jattend toujours avec impatience les missions en Ethiopie et Kenya!). C'est à ce moment que l'on se rend compte que le climat a une influence enorme sur les performances, sur les séances de piste je met facilement 15 secondes de plus au tour. Souvenir aussi d'une séance de piste un dimanche matin, 35° sur une piste abritée du vent et en plein cagnard, 8x1000 en 3'42 -une vitesse ou je devrais me promener- terminée au mental et avec la tête qui tourne tellement l'effort fut violent!

Bref une impression de prépa tronquée en ce dimanche matin, et par conséquent aucun objectif de temps, je décide de partir un peu au pif sur du 3'45 au kilo, soit 2h38 environ et 16 km/h. Plus de 2000 coureurs sur la ligne de départ, un peu de mal a me caler sur la première ligne, le speaker cite mon nom dans les favoris, cela ajouté a mon dossard 4, j'ai bien peur de ne pas être a la hauteur! Depart donné en legère cote, pour une fois je n'ai pas de mal à ne pas me laisser griser par la facilité des premiers kilos, ca confirme les -mauvaises- impressions des jours précédents. Premier kilo en 4'10, on est loin des 3'45, heureusement que ca montait...

Vannes_Jac2013 196

Je surveille mon allure sur les km suivant et même si on est au début je n'arrive pas à rattraper les quelques secondes qu'il me manque pour etre en 3'45, très énervant! 5ieme kilomètre passé juste en 18'55, 10 secondes de trop. Les écarts se font assez rapidement, je commence à rattraper pas mal de monde quand même. Je bois une demi gorgée d'eau à chaque ravitaillement, malgré ma prépa africaine j'ai l'impression d'avoir vraiment trop chaud! Les 5 km suivant sont courus sur la même allure, 18'58, c'est même encore un poil plus lent. Et malgré ça toujours pas l'impression de facilité que j'attendais. Ca fait donc les 10 km en 37'53, un groupe de 4-5 s'est formé, c'est tout bénef parce que le vent qui souffle en rafale rend utile un abri. J'essaye de passer régulièrement en tête du petit peloton, on tourne a 3 seulement, les autres restant sagement au chaud, le temps d'échanger quelques mots, de voir que mes partenaires du jour sont des habitués de ce marathon et que l'un d'eux est un trailer longue distance. Du km 10 au 15 en 19'04, de plus en plus lent! L'écrémage continue dans le petit groupe, a partir de là j'ai l'impression que les sensations s'améliorent enfin, notre trio s'est débarrassés des poids morts, on se relaie régulièrement, et ca donnera du km 15 au km 25 en 37'30, pile dans les clous!

vannes2013 290

Le semi sera passé en 1'19'44. A partir du 25ième on est plus que deux, moi et le trailer, satisfait parce que j'avais l'impression que mes deux partenaires du jour semblaient essayer de se leaguer pour me larguer dans les petits chemins, beh c'est raté c'est encore un peu tôt pour que je craque! Vannes_Jac2013 554

Jusqu'au 30ième on remontre a deux pas mal de coureurs deja "morts", dont gregory cheval qui avait fait 2h27 a paris, quand même! A partir du 32ième je commence a courir sur des oeufs, j'ai eu la mauvaise idée de tenter un gel -enfin a peine un quart- fournit par l'orga a l'inscription au 30ième, qui s'est soldé, conséquence directe ou pas, d'un point de coté, il me reste en plus dans la bouche malgré l'eau, j'aurais mieux fait de rester sur les gels isostars, bien plus liquide! Je suis encore loin d'être un marathonien aguerrie au niveau gestion des ravitos. A cela s'ajoute un vrai déluge, sur le coup ca ne me dérange pas plus que ca, hormis que les sentiers deviennent boueux et les chaussures lourdes. A partir du 36ième ma vitesse s'écroule assez spectaculairement, les crampes aux mollets arrivent, le trailer m'a laché et je me retrouve seul sur les petits chemins qui mènent a Vannes. Je décompte les km un à un, ils sont de plus en plus long, les crampes me tétanisent de temps en temps le mollet mais je décide de ne pas m'arreter pour m'étirer, mon expérience me dit que ca ne fais qu'empirer les choses. Km 40, je vais aller au bout, je cours quasiment les jambes toutes droites, j'ai arreté de checker mon allure depuis longtemps! Je n'ai peur que d'une chose, c'est que les crampes me tétanisent vraiment. Les spectateurs m'annoncent ma place, je serais 7ième soit dans la grille des prix (jusqu'au 8ieme). Dernier kilomètre, ca tient, une nouveau déluge orageux s'abat, je plains les spectateurs noyés sur le bord de la route, dernier 300m sur une piste en tartan, je vois un coureur revenir sur moi, je donne tout ce qu'il me reste, c'est à dire rien, impossible de prendre appui sur mes mollets, et je ne peux me constater qu'il me dépose! ... et m'annonce en passant qu'il fait le marathon en duo, une des meilleurs nouvelles de cette fin de marathon! 2h44'29 au temps final, meilleur perf (sur deux!) et content d'en avoir fini. Le reste ne sera pas une sinécure, impossible de prendre une douche vu que je n'ai pas de rechange, pas de navettes pour revenir au départ situé a 4 km de l'arrivée, je trouve finalement après moult pérégrination un couple charitable pour me ramener a l’hôtel!

Bilan de ce marathon, un manque de sortie longue et de travail a allure cible font que la craquage au 36ieme kilomètre n'est pas étonnant. Au niveau gestion des ravitaillements je n'ai pris que de l'eau à petite dose régulièrement, aucune nourriture a par le 1/4 de gel, aucune boisson énergétique, je ne sais pas si c'est optimal mais ma sensibilité au point de coté ne me laissent pas d'autres choix. Les crampes sont peut-être lié à une petite déshydratation, même si j'y suis très sensible même sur courtes distances ou je ne suis pas en manque d'eau!

Résultats: http://www.yanoo.net/module/ImportResultat/res/res_20_2013.xls

7ieme/1982 arrivants

vidéo:

http://www.youtube.com/watch?v=xsLw5WEFh4E&sns=em

 

Retour à l'accueil