La meilleure chose apres une chute de cheval est de remonter dessus, donc pour ne pas rester sur l'echec berlinois de l'an dernier, c'est partit pour une nouvelle tentative, dans des conditions bien differentes, le marathon du médoc serait bien a l'opposé du marathon de Berlin.

Je sais deja que c'est diffcile -impossile?- de faire une perf, eu egard au parcours, valloné, dans les chemins, la temperature, il fait encore chaud dans le medoc a cette periode, et enfin l'ambiance, plus orientée vers la fete que vers le temps final.

Bref, etant donné que c'est mon premier marathon, j'ai décidé de le faire au maximum de mes possibilités du jour, skipper la degustation de vin proposée dans les nombreux chateaux que traverse le parcours.

J'ai pris cette decision aussi parce que depuis trois semaines je n'ai etonament aucune blessure a déplorer.

Malgré tout je suis bien conscient de ne pas avoir une prepa marathon dans les jambes, au plus une prépa semi.J'ai fais en tout et pour tout deux sorties longues, la premiere de 26 km a J-20 et une autre de 25 km a J-9 sur l'ile italienne d'ischia. La premiere a bien tapée dedans, j'etais vidé en rentrant, malgré le petit bidon d'eau que j'avais pris sur moi, je me suis apercu aussi que le moindre gel en courant me donne immediatement la nausée. Sur la seconde, je me suis simplement dis un matin, tiens si je faisais le tour de l'ile. Sur google maps a vu de nez il y avais 18-19 kilometre, pas plus. Bon en fait il y en avait plus de 25, et surtout des cotes dignes d'une station des alpes, sur plusieurs kilometres, terrible! Le tout sur les routes goudronnés, pas d'autres solutions, donc je me suis fais quelques frayeurs quand les voitures me frolaient.

A par ca le reste de mes seances etait calqué sur mon programme habituel, c'est a dire de la vma, courte, longue, du seuil. Ce qui m'a manqué c'est du travail d'allure marathon, j'aurais du me faire un 10000 ou 3 x 5000 mais je n'ai pas eu le temps avec ces vacances et surtout avec cette douleur dans le genou droit, apparu suites a mes chutes au tri de paris debut Juillet et qui m'a tenu eloigné de la piste jusqu'a 1 mois avant la course. Coté positif et bien je me sens plutot en forme, les temps sur les fractionnés n'ont pas été aussi bon depuis longtemps. J'en ai surement un peu trop fait la semaine precedent la course, avec une bonne grosse seance de vma le lundi mais ca n'est pas non plus mon objectif de l'année loin s'en faut.

Motivé quand meme une fois sur la ligne de depart, j'appréhendais du fait des 8500 coureurs de devoir me placer sur la ligne tot et donc zapper l'echauffement, il n'en ai rien, l'acces a la ligne de depart est ouverte donc je peux faire des lignes droites devant sans probleme, on sent bien que les gens ne sont pas venu pour faire une perf!

Je croise là des coureurs qui me semblent bien affutés, la plupart non déguisé au contraire de la foule derriere, pour ma part juste une coiffe de plumes d'indiens et quelques traits de peintures sur les bras, rien qui pourrait me gener outre mesure.

Depart donné, les rugbyman du club du coin s'ecartent, enfin libres, j'ai plaisir a courir pendant les 200 premiers metres au coté d'Antoine de Wilde, qui disparait quand meme assez rapidement devant, je ne vais pas prendre le risque de le suivre! Donc je me cale a mon rythme, d'ailleurs quel est-il ce rythme, environ 3'50 au kilo que je pense pouvoir tenir. Bon sur les 3 premiers kilos je me rend compte que je suis plutot en 3'55, un peu lent. Ca corrobore mes sensations, j'ai vraiment l'impression de me trainer, d'etre lourd, bref il faut que j'accelere un peu parce que je m'endors. Je depasse donc un gars habillé (chaudement) en Elvis, je monte en rythme, ca va mieux, meme si lucky luke me depasse, il part vite dis donc. L'ambiance est sympa, les gamins sur le bord de la route sont contents de voir des coureurs déguisés, je leur tape dans la main, pas trop concentré quand meme, a cette allure la je vais pas aller loin. Ravito des 5 km, je me demande toujours pourquoi je prend la un bout de banane, la peur de l'hypo sans doute, pas une bonne idée en tout cas j'ai tout de suite des maux de ventre. Je bois aussi tout de suite, meme effet ca ne passe pas tres bien. Avant meme le 10ieme kilo, je sens par contre que j'ai un peu mal aux mollets, comme si j'avais fais une course la veille, pas tres bon signe. Apres le 10 ieme kilo, ca va mieux, j'ai l'impression d'avoir trouvé mon rythme, je passe en moins de 39', j'ai bien accéléré, je double d'ailleurs assez regulierement des coureurs, dont lucky luke et Dartagnan, meme si on est bien espacé. Je suis plutot agréablement surpris par le parcours, cette premiere moitié est majoritairement en route bitumée, tant mieux, mais j'en viens presque a attendre les chemins parce que j'ai le dessous des pieds qui chauffe.

 

Sans-titre.JPG

 

 

RAS jusqu'au 17 ieme/18ieme, j'hesite toujours a boire (de l'eau) aux ravitos (super nombreux) ou non. Finalement je bois pas mal quand meme, peut-etre trop, aucune idée, en tout cas a chaque fois j'ai des petits points de cotés qui apparaissent, chient. Et donc 18ieme kilo, gros coup de stresse, je ressens exactement la douleur que j'avais ressenti a peu pres au meme kilo a berlin, au niveau du tendon d'achille droit. La je me vois deja contraint a l'abandon, je sais que si la douleur se déclenche vraiment je suis mort, donc tout ce que je peux faire c'est prier pour que ca tienne. Du coup je me force a partir de la a boire plus au ravitos. Finalement, a partir du semi (passé en 1h22),on arrive dans une partie moins roulante, beaucoup de chemin, de chateaux, de petites cotes, de fait j'ai l'impression que mon tendon est moins solicité, ca tient, j'a conjuré le sort du 23 ieme.

 

P1010009--3-.JPG

 

Je double deux gars encore, on reste ensemble quelques kilometres, par contre ils ont chacun leur suiveur en velo qui leur donne de la boisson iso, des gels, pas tres equitable a mon gout, mais si c'est autorisé... Je ne mange quasi rien, un autre petit bout de banane qui passe mal, un sucre avec de l'eau, non finalement mon estomac refuse tout en bloc. Depuis le debut de la course j'attend avec impatience le 30ieme kilo, je veux voir "ce que ca fait", ce fameux mur etc... Justement j'y suis et c'est a peu pres la que mes ennuis commencent. Pas de mur a proprement parler mais un gros point de coté, un vrai, qui fait mal, et qui m'oblige a ralentir tout de suite. Du coup au ravito du 32ieme je marche, essaie de faire des exos de respiration tout en me massant le coté, pas concluant il est toujours la. 10 km a faire, ca risque d'etre long, je vois deja des concurents me reprendre, dur psychologiquement. Bon an mal an j'arrive au 36 ieme, le parcours me parait plus vallonée depuis quelques kilometres, le point de coté ne ma pas laché, au contraire c'est de plus en plus douloureux., je n'avance plus. Je suis meme pris de leger vomissements, deux fois. Vers le 37 ieme au moment de la pose d'un appui mon mollet se contracte, violemment, je manque de trebucher, et ben voila les crampes, c'est la cerise sur le gateau. Je m'etire contre un arbre, repars, les crampes reapparaissent regulierement, je change un peu de foulée pour les prevenir, je reduis encore l'allure, profite de chaque ravito pour marcher et boire, ca m'arrive rarement en course mais j'ai vraiment soif, il faut dire qu'il fait tres tres chaud, le soleil cogne, j'ai juste envie de m'allonger sur le bas coté. 39ieme, cette fois c'est la derniere ligne droite, on retrouve les bords de garonne, une route large toute droite en plein soleil, dur cette derniere portion, je suis vraiment a bout, les crampes sont maintenant assez terrible, je cours quasi jambes tendues. Je me promet alors de ne plus jamais prendre le depart d'un marathon! Je zappe les ravitos huitres et entrecotes, facon je n'aime pas ca et je veux juste en finir, la premiere feminine me double au 40 ieme, m'encourage un peu, c'est peu dense quand meme, parce qu'il n'y  a pas tant que ca de coureurs qui me depassent. 41ieme, plus qu'un gros kilometre, c'est rien me dis-je par rapport au nombre de kilo que je peux faire a l'entrainement, oui mais la ca me parait interminable. Enfin l'arrivé en vue, 500 metres, je dois encore m'arreter une derniere fois pour m'étirer, pensant pouvoir eviter les crampes sur la derniere ligne droite ou il y a beaucoup de spectateurs. Raté, le speaker annonce mon nom, je ne regarde meme pas le chrono d'arrivée, je m'en fous en fait, je sais bien que je suis dans les choux, je dois m'arreter encore une fois a 100 metres puis 50 metres de la ligne, les crampes sont terribles, je cours les jambes maintenant toute droite, facon pantin, ca doit ressembler a rien vraiment. Passage de la ligne, je pense a bipper mon chrono mais je ne regarde pas mon temps, je veux juste m'assoir, ne plus bouger. Ce que je fais, a l'ombre, je me sens vraiment mal, meme pas envie de boire ni manger. Mon chrono finalement 3h03, je me decide a aller a la douche parce que la peinture de sioux a bien coulé partout, je retrouve un peu d'energie du coup et me decide a aller au massage tant qu'il n'y a pas trop de monde. Apres ca l'appetit est enfin revenu et je me gave au ravito final, tres sympa, vin, biere, paté, le tout dans une super ambiance.

Au final, sentiments mitigés, content d'avoir fini, moins du temps final, 32ieme place quand meme sur 8500 au depart, bon ratio meme si c'est assez articificiel. :)

 

http://www.sport-info.com/www/sportinfo/resultats/blanc/resultats.php?COMPLEXE=non&MOIS=09&AN=12&CODE=1&bidonnom=Votre+nom+%28ou+les+1%E8res+lettres%29&NUM=6889&bidonplace=Votre+Place&PARTICIPANT=Votre+nom+%28ou+les+1%E8res+lettres%29&table=resultats_course&x=52&y=16&nom_course+value%3D=

 

video:

http://media.registration4all.com/Videos/Video_Sport_ParticipantDetails.aspx?EventID=61245&ResultActivityGroupID=9&BibNumber=892&ParticipantName=BEAUVILLAIN

Retour à l'accueil