Ce sont donc les retrouvailles pour les duathletes, dans le sud de la France, venus pour courir le premier "grand prix" de l'année, alias le championnat de France des clubs, D1 et D2 homme et femme. Descendu de D1 l'an dernier, nous aurons avec une belle équipe isséenne surement notre mot à dire à l'étage inférieur. Le format est de 5 km de course a pied, 22 km de vélo pour finir sur 2,5 km de course à pied.

J'en avais fait un objectif de ce début de saison, et autant je suis le premier a mettre en avant les pépins que je peux rencontrer avant les courses, autant la je n'ai rien a déplorer, j'ai fais un hiver bien studieux en cap, j'ai plus ou moins évité les blessures. J'ai l'impression d'avoir franchi un cap depuis le stage de Monte Gordo, du moins a l'entrainement ou mes chronos sont un poil meilleurs. C'est le moment ou jamais de le transcrire en compétition.

La semaine précédent la course, je me rend compte que j'ai trop chargé, trop de piste, trop de fractionnés, l'envie de se rassurer surement, la crainte de ne pas arriver assez affuté, des fois il est plus facile de multiplier les séances que d'en enlever, jugez vous mêmes:

lundi: matin footing 35', le soir sur piste 12x400 en 1'08, sous la pluie, avec la fatigue du triathlon de la veille, je suis quand même agréablement surpris de tourner vite. Vélo 45'.Mardi: matin footing 35', soir 1h footing donc 25 minutes au seuil. Vélo 1h. Natation 1h20.
Mercredi: sur piste 3x400 alterné progressif/vite en 1'08/1'12/1'05, 4x300 idem en 53"/49"/52"/48", 4x200 idem en 32"/31"/33"/31", séance très bonnes au niveau temps mais je sens que je suis un peu dans le dur. Vélo 1h dans l’après midi.
Jeudi: sur piste, 4x(200 en 34"/400 en 1'11/1'10/1'10/1'09) assez fatigué après 1h10 de vélo. Natation 1h20
Samedi : footing 30'

Grosse semaine donc, trop surement, je me sens malgré tout bien le dimanche matin, malgré une nuit très courte, stress de veille de course oblige.
Appelé dans l'ordre des dossards, on a l'avantage d’être placé en toute première ligne, perso avec le dossard 2 j'ai plutôt intérêt à assurer.
duathlon_avignon_1

J'essaye donc de prendre un départ rapide, c'est un peu vain, tout le monde part comme si on allait courir un 400m, l'avantage de partir en 1ere ligne est vite absorbé. Passage dans l'herbe humide, voire la boue, au bon souvenir des cross, voila qui devrait m'avantager. Le 1er kilo ne se passe pas trop mal, je ne suis pas dans le rouge malgré le depart. Demi tour pour revenir cette fois sur une partie bitumée le long de la Durance, et c'est à ce moment là que je commence à piocher, les cuisses sont dures. Je retrouve les sensations du France de cross ou j'avais craqué au bout de 2km. Mes coéquipier me passent, et je dois vraiment me faire violence pour les accrocher. Mi course passé, ca ne va pas mieux, je m'accroche tant bien que mal, et ca marche j'arrive a rester au contact de deux de mes coéquipier, objectif, rentrer dans le parc a vélo avec eux. 500 mètres avant la fin, un point de coté vient me tenir compagnie, aïe, la ca complique la chose, je m'accroche vraiment mentalement pour rester au contact du petit peloton de coureurs devant moi, la survie en vélo passe par là, impossible de d'imaginer rouler seul. Transition facilité par les cales pieds a sangle (j'ai oublié mes chaussures de vélo à Paris donc j'ai du changer de stratégie au dernier moment, un mal pour un bien au final). Je pars le plus fort possible, histoire de combler les quelques mètres qui me séparent du groupe devant, ça se fait bien, après 500 mètres je suis rentré, ouf. En queue de peloton, la route est mouillée, on a 4 aller retour à faire, en ligne droite, très simple, les demi tour sur la route étroite le sont moins. Avec un peloton de 30 environ, l'effet accordéon fait qu'on est quasi a l'arrêt quand les premiers sont déjà en train de relancer. Objectif donc remonter quelques places, les relances sont très marquées et assez longues. Tout le monde veut faire la même chose, du coup ça frotte, ça s'engueule, bref c'est un peloton. Pas mal de cartons distribués par les arbitres, deux éliminés, c'est vraiment dur de ne pas dépasser la ligne médiane de la route parfois. Coup de chance je ne serais jamais pris en défaut. J'attends avec impatience la fin de cette partie, rouler en peloton sur du mouillé à ces allures génèrent quand meme pas mal de stress. Dernier demi tour avant le retour au parc, la bataille fait rage pour être devant à la transition, à ce petit jeu je ne m'en tire pas si mal, dans les 15-20 premiers je pense. Reste 2500 m à faire, les sensations sont plutôt bonnes, les jambes répondent bien, du moins j'ai l’impression. Parce qu'en réalité je ne dépasse personne, c'est même plutôt l'inverse. Retour sur les quais, là je commence à marquer le coup, c'est pourtant sur cette dernière partie que je suis habituellement a mon avantage.

duathlon_avignon2

Dernier 500 mètre, à nouveau copié collé de la première course a pied le point de coté revient, la fin de course sera donc difficile, je ne suis pas loin de me faire doubler sur la ligne par deux coureurs. Bilan 14ieme de l'étape, 4ième de mon équipe donc pas dans les points, déception personnel mais au passage de la ligne je suis juste content pour l'équipe, je me doute qu'on a bien assuré sur ce plan. Effectivement, avec des places de 6, 8 et 11, mes jeunes (et moins jeune :)) coéquipier ont grave assuré, première place par équipe, et de loin!
Reste pour moi a apprendre de ce demi-échec, sans doute prévoir d'alléger plus avant mes prochaines compétitions.

 

http://www.avignon-lepontet-triathlon.com/2013_duathlon_classement_d2h_scratch.pdf

Retour à l'accueil