3ieme étape du championnat de France de D2 des clubs, format duathlon, 5 km de course a pied, 20 à vélo puis a nouveau 2,5 km à pied, un format court, survitesse obligatoire pour tout le monde sous peine de ne pas voir grand chose de la course!

du saint cezaire 2

La particularité de cette course pour nous les athlètes d’Issy triathlon tient dans le fait que cette course conclue une semaine d’entrainement intensif puisque nous étions en stage en Ardèche. Gros volume à vélo, 400km, en natation, 23 km, en course a pied plus light mais 90 km quand même, j’ai ajouter au planning quelques footings, la peur de ne plus savoir courir! Le gros point d’interrogation est la fraicheur que l’on pourra afficher sur l’étape, comment chacun a encaisser le gros volume et les cols gravis ces derniers jours. L’échauffement matinal apporte quelques réponses, c’est un peu pareil pour nous cinq, les cuisses sont dures! Départ -théorique- a 8h, lever 5h30, ça pique le duathlon! La veille on a pu reconnaitre le parcours à vélo, composé de pas mal de petites bosses et relances, et surtout le parcours à pied qui personnellement me laisse dubitatif, un mur a monter, assez long qui plus est, moi qui déteste les cotes (et réciproquement), je me vois mal parti!

du saint cezaire 1

En parlant de départ il est 8h30 et on est toujours en attente sur la ligne de départ, je commence à être fatigué , 1h d’échauffement ca fait long.

Apparemment la faute aux voitures qui sont encore sur le parcours cycliste, sensé être fermé a la circulation. 15 minutes plus tard je me résous a m’assoir comme les autres, l’organisation fait vraiment amateur, c’est rare.

Finalement le départ sera donné à 9h15, on nous prévient 30 secondes avant, même pas le temps de faire une ligne droite, les duathlètes sont vraiment des bonnes pâtes d’accepter ça sans broncher!saint cezaire 3 Du coup la grosse cote est prise un peu à froid, je foire un peu le départ et me fait vite enfermer.

 

Effectivement la cote fait mal, elle n’en fini pas! Une fois en haut encore un faux plat montant ou je retrouve un peu des sensations et redouble quelques concurrents. S’ensuit alors une longue descente, la aussi les sensations ne sont pas si mauvaises, même si l’allure 5km m’ait toujours inconfortable. Deuxième boucle, rien à signaler, je ne flanche pas et les places se figent un peu, je me doute que je ne suis pas trop mal vu que mes coéquipier de club sont derrières. Transition, je dépasse mon box, je cherche mon vélo, je perds quelques secondes dans l’affaire, rien de dramatique. Ça part vraiment vite, les pelotons ne sont pas encore formés du coup je m’arrache pas mal pour rester dans les roues, il y a une bonne bosse bien raide ou je me fais un peu peur, j’ai déjà les cuisses qui brulent et je me sens coincer un peu.saint cezaire 4 Le faux plat qui suit me permet de rentrer facile mais du coup je me dis que ça va être dur de faire 4 tours sans exploser. Finalement, un gros peloton se forme sur le deuxième tour, je vois 3 de mes 4 coéquipiers dedans, rassurant, et là évidemment la course change, l’allure devient facile, calé dans les roues tandis que les relances se font un peu plus appuyées, la partie vélo classique en duathlon en somme. Plus rien ne se passera pendant les 3 derniers tours, tant mieux, je me cache autant que possible, je tenterais peut-être une échappé un jour, quand j’aurais plus de km dans les jambes! On croise quand même 3 voitures en sens inverse, lancé à bloc sur toute la largeur de la route et sur un peloton de 40, inutile de dire que ça crée des sueurs froides! Vivement la fin, ça commence a frotter de plus en plus pour se placer avant la transition. A ce petit jeu je me débrouille pas mal, j’arrive au parc à vélo dans les 10 premiers du peloton. Ayant opté pour des cales pieds a sangles, pas besoin de changer de chaussures, 12ieme place en sortant de la zone de transition. La cote qui s’ensuit me sèche littéralement, je n’ai plus aucun jus dans les jambes, je perd 4-5 places et psychologiquement je lâche prise, je regarde derrière, j’attends de voir qui sera le prochain à me doubler, et ma vitesse n’est pas loin de la marche! Une fois en haut, à nouveau les sensations reviennent, comme quoi il ne faut jamais lâcher, enfin je reprend de la vitesse et j’arrive a gratter une ou deux places. Le descente ne changera plus rien, 2500 m c’est court pour faire et défaire des écarts.

saint cezaire 5

Passage de la ligne d’arrivée en 16ième position, honnête! Quelques regrets quand même par rapport au parcours, je pense qu’un parcours plat m’aurait avantagé davantage, mais on ne choisit pas! Mes coéquipiers font 22, 28, 38 et 50 on fait 7ieme de l’étape, contre perf a priori mais finalement on s’installe a la deuxième place au général, plutôt une bonne nouvelle avant la dernière étape dans le nord!

http://www.sport-up.fr/resultats_dl/20130505070273-C1_D2.pdf

Retour à l'accueil