Pas une grande motivation a écrire quelque chose sur une course pour le moins difficile, mais autant essayer de capitaliser sur ces echecs...

Depuis que j'ai commencé a courir, je suis souvent passé au travers, connu des defaillances et tout ce que l'on peut imaginer, mais jusqu'a present je n'avais jamais fini dernier. C'est chose faite depuis le weekend dernier...

Il sagissait donc d'un duathlon (5km de course a pied, 30 de velo puis encore 5 km de course a pied pour finir) comptant pour le championnat de france des clubs de premiere division. Le lieu est lievin, dans le nord juste a coté de lens, bonjour aux maisons en briques rouges qui me rappellent des souvenirs :)

Depart comme d'habitude d'issy la veille a midi, on arrive donc en fin d'apres midi, le temps de reconnaitre le parcours velo, 6 boucles a faire avec une  bonnes cote, ca ne me derange pas vraiment, je ne suis pas pire en bosse que sur le plat :) Par contre le parcours course a pied ne me convient a priori pas du tout, mais alors du tout du tout, ca ressemble a un trail, en gros sur les 2,5 km de chaque boucle il y a une longue cote, avec un passage quasi vertical (enfin de mon point de vue), une grande descente, un passage sur la piste en tartan. Je connais ma faiblesse en cote en course a pied, c'est vrai que je compte mes entrainement spé cotes sur les doigts d'une main en un an. C'est vrai aussi que j'avais quand meme reussi l'an dernier a bien figurer sur des trails en bretagne aux coté de spécialistes de la discipline. Quand on est en forme, tout passe!

Pour parler forme justement, depuis ma derniere competition aux sables, j'avais prevu d'essayer de suivre une certaine progressivité dans mes entrainements en augmentant soit le nombre de repetition en fractionné, soit la vitesse. Ca s'est bien passé les trois premieres semaines, je n'ai pas de fatigue particuliere de la course, je suis meme étonné par mes temps sur la piste du stade désafectée de varsovie. Je passe notamment une seance de 6x1000 en 3'07 de moyenne en etant etonnement facile. Je pense a ce moment etre au meme niveau de forme (voire mieux) que l'an passé a la meme epoque. Le weekend suivant je profite d'une petite virée entre collegue a cracovie pour attraper un mal de gorge. A deux semaines du grand prix ca n'est pas une bonne idée. Mes prochaines seances sur le tartan ne sont pas tres concluantes, les pulsations s'envolent, les jambes ne repondent pas et j'ai la drole d'impression de ne pas pouvoir m'oxygener correctement, comme si mon mal de gorge creait un engorgement. Bref pas des bonnes nouvelles, mais je pense alors que d'ici la course ca sera derriere moi. Trois jours avant la course je m'essaye a une seance de 10x300 que je ne reussirais a tourner qu'en 55 secondes, la ou 1 mois avant je m'inquietais de ne reussir a tourner cette meme seance "qu'en" 51". Pas tres bon pour la confiance, j'essaye de me rassurer en pensant a mes seances plus aboutie d'il y a deux semaines.

Il est donc 15h30 ce dimanche quand le -petit- peloton de 65 coureurs est laché. La premiere boucle sur la piste favorise les depart a bloc, la vitesse en course a pied sur un duathlon qui concentre beaucoup des meilleurs spécialistes francais voire européen est toujours tres impressionnante. Tout le monde connait l'importance de se placer dans l'objectif de commencer la partie vélo dans un "bon" peloton, de fait les premiers 5 km sont a blocs. Avant de monter la grande cote, je sens que ca n'est pas une immense forme mais ca va, il faut que j'arrive a prendre un rythme de croisiere, si possible élevé. C'est une autre histoire dans la cote, le souffle est court, les jambes brulent un peu, ca va etre dur. Dans le deuxieme tour je rajoute a ca un point de coté, est-ce le depart trop rapide, l'alimentation d'avant course? Je prends mon velo apres 17 minutes d'effort, beaucoup trop lent pour jouer un role dans la course, je suis deja dans les derniers.

 

221890_1835332921017_1171276814_31664015_5795752_n.jpg

 

DSC_0181.JPG

 

La transition ne se passe pas si mal pour une fois, je n'ai pas grande experience du passage chaussure de cap/dechaussage/chaussage des chaussures velo mais finalement je ne pense pas perdre beaucoup de temps par rapport aux cales a sangles. Je suis avec un coequipier d'issy tri, on voit rapidement qu'il n'y a pas grand monde derriere, et en effet apres 2 ou 3 tours, ces derniers sont soit éliminé (repris par les 1er de la course) ou ont abandonné. Seul motivation a ce moment, ne pas se faire rattraper par les premiers (sinon elimination). On va rouler pendant 3 tours a 3, enfin plutot 2 vu que le troisieme de cesson ne prend quasiment pas un relais, on recupere un peu de vitesse quand meme en reprenant deux coureurs. Je suis quand meme a plusieurs moment un peu dans le dur sur cette partie, le velo a ceci de particulier qu'on alterne periode ou on a l'impression d'etre hyper cool avec des moments de grosse fatigue, ca change de l'effort type course a pied, je sens que mon entrainement est un peu leger aussi.

 

227103_1835405602834_1171276814_31664267_6568385_n.jpg

 

On pose donc les velos avec la seule ambition de finir, je suis curieux de voir comment je vais me sentir sur cette partie. Mon point de coté m'a laissé tranquille sur le velo mais je sais qu'il est la. En effet, encore une fois dans la cote il devient tres douloureux, je suis a la limite de m'arreter, je maintiens mon poing appuyé pour me soulager un peu, mais malgré ca j'ai l'impression que quelqu'un m'enfonce un couteau sur le coté droit a chaque inspiration. Je vais donc faire les 2 tours de 2,5 km en quasi footing, je dois courir a 12 a l'heure pas plus, meme pas une vitesse de footing, je suis bon dernier de la course. L'ego en prend clairement un coup, les encouragements des spectateurs sont de type appitoyés, je n'avais encore jamais vecu ca, j'hesite a arreter plusieurs fois, je ne peut meme pas me dire que ca me sert d'entrainement, je suis en allure footing... Je finirais finalement la course en ayant vu me depasser les 4 ou 5 premiers de la course, aie!

Au niveau de l'equipe, malgré des courses plutot concluantes de mes coequipiers, on ne pourra eviter la derniere place sur l'etape, le niveau est tres élevé et il n'y a pas d'equipes faibles.

L'enseignement personnel que je tire de la course est que j'ai encore beaucoup a apprendre dans la gestion des pics de forme. J'etais en effet tres bien a 2/3 semaines de la course. C'est un peu la meme chose lors du duathlon des sables il y a un mois. Lors de la semaine precedent la course j'ai aussi subi un coup de fatigue. J'ai aussi beaucoup de mal a me situer sans faire de course type 10 km sur route qui sont pour moi des vrais palliers d'entrainement, mais pas moyen de trouver des courses sur varsovie, c'est un comble. Enfin l'emulation des entrainements a plusieurs est aussi un manque, pas toujours facile de se "rentrer dedans" seul a l'entrainement.

Une grosse claque en résumé, objectif prochain, resituer mon niveau en course a pied, retrouver des sensations qui me font defauts dans cette partie, peut-etre inclure des semaines allégés dans mes programmes d'entrainement, beaucoup de chose a remettre en question!

Petit coup de chapeau (encore une fois!) aux filles, a nouveau vainqueurs de l'etape...

Retour à l'accueil