Cette course a une saveur toute particuliere pour moi, c'est celle qui m'a donnée envie de m'inscrire la premiere fois a une course a pied, voir les coureurs africains survoler le bitume avec leur foulée géante m'avait fait rever a l'epoque, ca remonte a plus de dix ans maintenant.

Retour a aujourd'hui, ce dimanche promet un temps ideal, pour une fois pas de chaleur ni soleil, c'est favorable a une perf. Pour ce qui est de l'entrainement la semaine precedent la course, c'est clairement positif, lundi 6x1000 a allure accélérée par serie de 3, ce qui donne environ 2 fois 3'18/3'08/3'00. J'avoue que je compense par cette seance du lundi un dimanche blanc sans une minute de sport, ca m'arrive rarement mais du coup exit la sortie allongée dominicale, pour preparer un 20 km c'est dommage. Du coup j'enchaine une nouvelle seance de piste le mardi, cette fois 4x2000 que je passerais assez facile en 6'33. Ensuite plus rien de notable jusqu'au dimanche de la course, le samedi contrairement a mon habitude, pas de footing.

En tout cas le matin de la course je me sens bien, le temps est comme prevu frais, les jambes a l'echau semblent pas mals.

Niveau objectif, c'est assez cool, juste celui de me faire plaisir et faire une place dans les 20. Ca fait une eternité que je n'ai pas dépassé les 10 km en course, etant donné mes derniers 10 kilos ou je coincais au km 6/7, je pars dans l'inconnu. J'avais couru ici il y a 3 ans en 1h19 pour une 19 ieme place si mon souvenir est bon.

Je suis placé sur la premier ligne au depart, pas de complexe! autour de moi, les traditionnels africains, beaucoup de coureurs élites marocains, on ne fera pas la meme course c'est sur :) Niveau coureurs locaux, je ne connais personne, les champions de cross bretons ne sont pas la cette année. Le sens cette année est perros-guirec vers trebeurden, sens reconnu comme le plus dur, d'une part pour le relief mais surtout par le vent generalement d'ouest donc defavorable.

 

IMG_0164.jpg

 

200 m apres le depart, le ton est directement donné avec une longue et raide cote, qui va faire la selection rapidement. Je monte a mon train, sans forcer. Le cardio monte malgré tout, c'est vraiment pentu, je vois un coureur africain me doubler avec une foulée sur l'avant tres dynamique, respect vu la pente.

Arrivée en haut effectivement la course est bien décantée, un groupe devant moi avec les elites a 20 metres d'avance, autour de moi, plus grand monde deja. Je compte les coureurs devant sur le plat qui suit la cote, ils sont 8 donc je suis en 9ieme position, bien. Je me retourne et la surprise il n'y a pas un coureur avant 50 bons metres. Pas forcement une bonne chose au tout début de la course. Km 1 en 3'51, record de lenteur sur une course merci a la cote. Le groupe de 8 est a une 20aine de metres, et la j'ai une hesitation, voir un dilemne. Faut-il les rejoindre ou rester sagement derriere? C'est une longue descente jusqu'au km 3, la je prend beaucoup de plaisir a plus de 20km/h sur la route surplompbant la mer. J'adore toujours autant les descentes donc je ne perds rien par rapport au homme de tete, toujours parfaitement groupés pour lutter contre le vent, completement defavorable et assez sensible. Au niveau de mes sensations, c'est parfait, je sens ma foulée tres aerienne, le rythme sur 20 km est vraiment agreable et facile. Boucle dans ploumanac'h, on passe sur une partie sableuse, la j'aime moins, ca fait mal aux mollets. Le paysage est superbe meme si j'avoue que je n'y prete absolument aucune attention. Si je pouvais garder cette neuvieme place je signerais directement. Vers le km 5, je commence a perdre de vue le groupe de tete, derriere ca a l'air loin, ca sent la course en solo, c'est pas la course revée. Arrivée a tregastel, je profite au maximum des applaudissements des spectateurs assez nombreux a cet endroit, ca n'a l'air de rien mais ca me booste. Un petit crachin vient mouiller la route et la rend glissante, j'essaye de choisir des parties avec la meilleur aderence, je peut me permettre ce luxe avec personne autour de moi pour m'imposer une trajectoire! Ensuite la route est assez deserte pendant un moment jusqu'a landrelec, ou on fera de nombreux tours et detours, avec passage a nouveau dans le sable et chemins encaillassés. A ce moment je commence a fatiguer psychologiquement, j'en ai marre de courir seul, d'autant que le vent est tres sensible et pleine face le long de la mer. Un spectateur me lance quand je passe, "attention t'es suivi", et bizarrement a ce moment, cette phrase anodine me casse le moral, j'ai l'impression d'etre seul face a une meute lancé a mes trousses, je me sens impuissant. Passage au km 10 en 35'20, je n'ai pas trainé vu le relief. Sortie de Landrelec, enfin, ce passage m'a tué, et la on prend la route directement jusqu'a l'arrivée, sans plus de detour, ouf. Au menu, des longues lignes droites sur une route large et succession de cotes/descentes un peu casse pattes. Je commence a bien piocher, je manque clairement de sorties longues et je le sens. Passage au km 15, toujours seul,  devant l'ile grande ou les nombreux spectateurs redonnent du moral. Les relances apres les cotes sont plus laborieuses qu'au debut, je garde quand meme des sensations de foulées dynamiques sur le plat et les descentes, si j'ai ralenti je n'ai absolument pas craqué. Pour preuve, derriere ca n'est pas revenu, donc eux aussi ne sont pas a la fete. Km 17, allez plus que 3000m, ca va le faire, je me concentre pour rester rapide, le vent me tue litteralement, j'ai l'impression de lutter contre un adversaire invincible, si je pouvais m'abriter derriere un coureur juste 100m... Je vois maintenant le coureur devant moi, le 8 ieme donc, il est loin mais je reviens indubitablement sur lui. Km 18, je sais que je serais plus rejoint ni ne rattaperait personne. Pas question de se reposer pour autant parce que le dernier km presente la terrible cote de trebeurden, et il ne faut pas coincer a ce moment la.

course.jpg

Cote de trebeurden, km 9

 

Je la monte au rythme que je peux, pas si mal, mais cette fois ci le cardio est monté, le souffle est court, je sais qu'il ne redescendra pas avant la ligne d'arrivée. Enfin la descente finale, les encouragements tres tres fournis de ma famille postée a l'arrivée, je lache tout ce qui me reste, c'est a dire pas grand chose, puis 100 metres de plat qui me paraissent interminable a ce moment! J'entend le speaker qui dit que je n'ai pas de dossard, si si il etait juste tombé avec l'eau que je me suis versé au debut de la course et le crachin, du coup je l'ai glissé dans mon short, mon numero 22 comme mon departement si ca n'est pas un signe ca!

 

20kms_granitrose2011_jeremy.jpg

 

Ligne franchie, waw c'est dur j'ai tout donné il n'aurait pas fallut 1 km de plus, mon coeur resonne dans mes oreilles, je retrouve cette sensation de m'entendre en stéréo quand j'ai "tapé" dedans. Content de ma 9ieme place, je sais que ca a beaucoup de valeur sur une course de ce niveau! Je suis surtout tres fier d'avoir fais 20 km absolumment seul contre le vent, sans jamais vraiment flancher. Mon temps de 1h11'50 est aussi tres bon, pour moi cette course au niveau du temps se situe au niveau d'un semi marathon roulant, 17km/h de moyenne donc et 3ieme "local" de la course.

 

DSC_0052.JPG

Avec la presse :)

 

3 jours plus tard j'ai encore mal aux jambes, pas moyen de caser une seance de qualité, je n'ai pas souvenir d'avoir gardé autant de sequelles d'une course, esperons que ca parte quand meme!

 

http://20kmcotegranitrose.com/spip.php?page=palm_20_11

Retour à l'accueil