Apres quelques recherches sur le net sur les sites polonais de course a pied (merci google trad), j'ai enfin trouvé une course dans varsovie. Il sagit de la deuxieme etape sur 5 de courses organisée dans varsovie., 5 "grand prix" Il y a un classement final a l'issue des courses, une sorte de paris running tour en miniature

Pour le jour et l'heure c'est assez exotique un mercedi soir a 18h, pourquoi elle n'est pas organisée le weekend, mystere...

Je ferais avec je n'ai pas le luxe de faire le difficile, les courses en pologne sont tres tres rares, a comparer avec la france (ou l'afrique du sud) où l'on peut courir sans probleme tous les dimanches.

Petit coup de stress pour aller sur le site de la course, ca bouchonne severe a l'heure de la sortie des bureaux. Finalement j'arrive a trouver le parc sans probleme dans les temps et j'ai donc 40 minutes de marge devant moi pour m'echauffer.

Je n'ai pas fais de cette course un objectif, avec notamment une seance de 200 m la veille suivi d'une heure de natation et un footing le matin meme de la course. J'ai pour ambition de faire une bonne seance d'entrainement, voir ou j'en suis sur un 10 km sec apres l'echec un peu cuisant lors de ma derniere sortie en course lors du duathlon de lievin.

Par rapport a l'horaire, je crains surtout pour la digestion, meme si mon repas du midi est assez loin je prefere les courses du matin ou je pars tout simplement a jeun. Je redoute particulierement les points de coté, meme sans ambition je ne veux pas revivre les douloureux moments de lievin et je veux surtout pouvoir apprecier la course.

Un petit peloton de 200 coureurs, pas de stress pour se placer sur la premiere ligne, et le depart est donné... Assez lentement en fait je trouve. J'avais oublié le bonheur de ces departs de course a pied a des allures "humaines", comparé aux departs de fou furieux des duathlon à 22 a l'heure. 

Donc je me place devant tout de suite, et ce durant les 3 premiers kilometres.

 

img_0020.jpg

le depart, le 576 gagnant de la 1ere etape qui finira 4ieme

 

Au passage le 1er kilo est passé en 3'15, tres raisonnable. Je suis étonné par la "passivité" des autres coureurs sur le debut de course, personne pour mettre le nez a la fenetre ou se mettre a ma hauteur. A ce moment je me dis que soit ils gerent la course pour finir fort et jouer la victoire, soit simplement le niveau n'est pas relevé et je vais gagner dans un fauteuil. Ne visant pas la place, je continue a mener un rythme qui me parait le bon. Le parcours est roulant, pas de difficultés particuieres hormis deux petite cotes. Il y a encore du monde dans le groupe de tete, a peu pres 5 ou 6 coureurs, preuve que le rythme n'est pas delirant.

 

img_0110.jpg

Au 3/4ieme kilo, le 483 futur vainqueur, le 2ieme en queu de peloton en chaussures jaunes.

 

Je prend du plaisir a etre en tete, pouvoir imprimer son allure plutot que d'exploser a suivre les autres c'est vraiment un bonheur. Auquel je prend d'ailleurs gout  puisque j'ai le drole de reflexe d'accelerer a chaque fois qu'un coureur passe devant, je remet une petite couche pour reprendre la tete. C'est un peu idiot et energivore. Au passage sur la ligne de depart (il y a deux boucles) au 5ieme kilo je suis en tete en 16'38, vitesse correcte. Arrivé au 6ieme kilo et assez brusquement je passe dans le dur, je n'ai plus de marge, le souffle s'est raccourci, les jambes commencent a etre lourde. Je ne connaissais pas trop auparavant ce type de coup moins bien, c'est etonnant comme je passe de "tres facile", comme si je courais a ma vitesse semi, a tres dur en l'espace de qulques minutes. Je retrouve ces sensations sur des seances de 1000 ou je cours tres facile les premieres repetitions puis brusquement je suis cuit. C'est ce moment que choisi un coureur pour accelerer, tres franchement meme, je ne pourrais pas le suivre. Derriere on est a deux jusqu'au 7ieme kilo. A en juger par son souffle assez court, je pense etre plus facile que lui, mais malgré tout a la faveur d'une petite cote  et surtout de ma baisse de regime, il prend 10 metre d'avance sur moi. A partir de la, n'ayant plus d'ambition devant, le premier est loin et le deuxieme ayant pris l'ascendant, je n'ai plus qu'une envie c'est passer la ligne d'arrivée.  Je jette des coups d'oeil derriere mais je ne vois personne, tant mieux.

 

img_0574.jpg

8ieme kilo, dans le dur

 

Le 8ieme kilo me parait interminable, a croire qu'ils ont caché le panneaux du km 9. Je puise vraiment dans les reserves pour rester a une allure correcte jusqu'a la fin. Je passe la ligne en 3ieme position donc en 33'39, un temps qui m'aurait decu il y a un an a la meme periode mais qui là me semble encourageant.

Le vainqueur est en 33' pile, record de l'epreuve, il fait un beau negative split. J'ai assurement fais une bonne seance d'entrainement dans un cadre agreable, avec une organisation simple mais efficace. A lieu ensuite une petite ceremonie de remise de medaille sur le podium et une petite interview en francais s'il vous plait grace a un polonais polyglotte.

 

http://www.maratonczyk.pl/wyniki_2011/gp_zoliborza_2011_18_05_2011.pdf

Retour à l'accueil